CREATION D UN JARDIN POTAGER BIOLOGIQUE (5)

Publié le par luc

Les traitements biologiques que j'utilise et les ennemis de mon potager.

Face aux limaces, j'ai perdu la première bataille. En effet, la plupart de mes semis et de mes plants ont été dévorés par Attila et sa horde barbare. Et, après leur passage, rien ne repousse.

J'ai donc dans l'urgence chercher un produit à action rapide et dépourvu de toxicité. J'ai fini par dénicher un anti-limaces sous la forme de granulés dont la formulation chimique est à base de phosphate de fer. Cette molécule est naturellement présente ( à dose infinitésimale ) dans le sol. C'est un élément qui convient à l'agriculture biologique, les limaces ayant ingéré ce produit meurent de déshydratation dans leur cachette sans laisser de cadavres et de traces de mucus dans tout le jardin. Ceci est important car en dehors d'un confort purement visuel, nous évitons l'empoisonnement des animaux qui sont les précieux auxiliaires du jardinier (hérissons...).  De plus, ce produit est inoffensif pour les animaux de compagnie et de basse-cour (pour les N.A.C,  je ne sais pas). 

Les résultats : j'utilise ce produit depuis plusieurs semaines, les granulés sont faciles à épandre et résistent très bien à l'humidité et à la pluie. Je suis satisfait du résultat, les promesses sont tenues, je maintiens le taux des limaces et des escargots à un niveau tout à fait acceptable. La seule note négative est le coût élevé de ce produit.

L'année prochaine, je mettrai en route des techniques plus alternatives (épandage de cendres de feu de bois, bris de coquilles d'oeufs, utilisation d'une solution de café qui agit en tant que cardiotoxique sur les gastéropodes, cristaux de silice, pièges à bière...). Je vous tiendrai au courant.

En association avec ces granulés, j'ai, pour protéger mes fraises, étalé autour des plants de fraisiers un tapis d'aiguilles de pin pour rendre la progression des limaces plus...piquante. Faire bien attention à récupérer des aiguilles venant d'une distillerie d'huiles essentielles car les essences volatiles (terpènes...) contenues dans ces végétaux auraient un impact négatif sur la croissance des plants. L'effet positif semble probant.

J'ai (encore) acheté un produit éliciteur et phytostimulant à base de purin d'orties, de fougères, de consoudes et de prêles. L'année prochaine, c'est promis, je le fabrique moi-même.

Le mélange de ces quatre plantes utilisé en pulvérisation permet de stimuler les défenses naturelles, d'améliorer la croissance, de lutter contre les pucerons, de développer une meilleure résistance aux températures extrêmes...

Bien sûr, il existe de nombreuses autres recettes (espèce végétale plantée à proximité d'une autre, utilisation de solutions d'ails, d'oignons...). Dans ce domaine, je vais approfondir mes connaissances puis je tenterai l'expérimentation.

En ultime recours je me suis procuré la fameuse Bouillie Bordelaise ainsi qu'un insecticide à base de pyrèthre d'origine végétale.

Pour lutter contre l'invasion des pucerons, une amie vient de m apprendre une recette de grand-mère qui donne chez elle de bons résultats. Dans un litre d'eau mettre trois cuillères à soupe d'huile d'olive biologique  et trois à quatre gouttes de produit vaisselle biologique. Bien mélanger le tout et le pulvériser sur vos plants infestés. Au bout de deux jours, la majorité des pucerons ont disparu. 

Sur ce, je vous laisse et je vous dis à bientôt. Le prochain article traitera du même thème que celui-ci.

 

Publié dans jardins

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Intéressant ces explications. Et où peut-on trouver cet "anti-limaces" utilisable en agriculture bio ?
Répondre